les technologies d’impression 3D

10 avril 2016
  • FDM (ABS, PLA,…)
    Une tête à température contrôlée extrude le matériau thermoplastique couche par couche. Puis la surface de travail descend. Ce processus est répété jusqu’à l’obtention d’un objet 3D complet. En fonction de la position et de la géométrie des éléments, un support est crée lorsque cela s’avere nécessaire. Ce matériau de support peut-être retiré manuellement après.
  • SLS (Polyamide, Alumide, Metaux,…)
    HL’mpression se fait couche par couche par frittage de poudre. Un rouleau balaie le bac d’impression pour déposer une fine couche de poudre. Puis le laser soude les grains de poudre qui vont former votre objet en les chauffant. Ce processus est répété jusqu’a l’obtention d’un bloc de poudre qui réprésente la forme de votre objet 3D. Pour des matières plastiques aucun matériau support est nécessaire parce que l’objet appuye sur les couches de poudre. Pour l’mpression 3D métal des parts de support sont nécessaires parce que un objet métallique est trop sévère et sombre dans le poudre. Une fois complétée, la piece est retirée du lit de poudre et l’excès de poudre non-utilisée peut étre réutilisée pour d’autres impressions. En le cas des objets creux un trou d’échappement est nécessaire pour récupérer le poudre qui n’a pas été chauffée.
  • Binder Jetting (Composite: multicolore)
    L’impression se fait couche par couche : un rouleau balaie le bac d’impression pour déposer de la poudre de manière uniforme. Des têtes d’impression projettent des liants contenant des pigments afin de construire votre objet. Le processus est répété jusqu’à ce que le modèle physique soit créé. Comme ça l’impression 3D en matériau multicolore est réalisée. Quand ce processus est terminé de l’air chaud fait durcir la poudre liée. L’excès de poudre qui n’a pas été liée est aspirée ou soufflée pour récupération. Après l’objet est nettoyé précautionneusement. Ensuite la pièce est trempée dans un bain de cyanoacrylate (colorbond). Cela permet de solidifier la matière et de faire ressortir les couleurs. De nouveau un processus de durcissement a lieu. Si on le désire une autre couche de vernis résistante au grattage et résistant d’eau avec filtre UV peut-être appliquée.
  • SLA (Stéréolithographie)
    L’impression se fait couche par couche par polymérisation liquide photosensible.K Une tête d’impression projette une fine couche de polymére liquide qui est aussitôt solidifiée par UV. L’excès de polymère liquide peut être rincé. L’objet peut être plus solidifiée avec lumière UV.
    Ces imprimants sont très précis. Toutefois des matériaux de support à rétirer manuellement après sont nécessaires.
  • Poly/multi-jetting
    L’impression 3D en résine est réalisée selon la technique de polymérisation liquide photosensible.
    L’impression se fait couche par couche. Une tête d’impression projette une fine couche de polymère liquide qui est aussitôt solidifiée par UV, alors qu’une autre tête d’impression projette une autre liquide afin de créer un support pour l’impression de votre modèle. Ce matériau support est également solidifié, mais plus fragile, il est aisément retiré par la suite. Le processus est répété jusqu’à l’impression totale de votre objet au sein d’un bloc de résine solidifiée. Dès que l’impression en photopolymérisation est terminée, le bloc de résine est ensuite passé dans un bain ultrasone de 60 degrées qui permet de retirer le matériau support. Grâce a la précision, résolution et matériau support qui peuvent complètement être retirés ces imprimants peuvent produire des objects 3D très detaillés et parfaits.